espace abonné Je m'abonne Connexion

INSCRIVEZ-VOUS à la newsletter POUR ÊTRE INFORMé CHAQUE SEMAINE

ACCUEIL > Portrait > Bruxelles, balade en street art rue Terre-Neuve

Bruxelles, balade en street art rue Terre-Neuve

par Jacques Moulins
© Mucchielli/Naja
© Mucchielli/Naja
© Mucchielli/Naja
© Mucchielli/Naja
© Mucchielli/Naja
© Mucchielli/Naja
© Mucchielli/Naja
© Mucchielli/Naja
© Mucchielli/Naja
© Mucchielli/Naja
© Mucchielli/Naja
© Mucchielli/Naja
© Mucchielli/Naja
© Mucchielli/Naja
© Mucchielli/Naja
© Mucchielli/Naja
© Mucchielli/Naja
© Mucchielli/Naja
© Mucchielli/Naja
© Mucchielli/Naja
© Mucchielli/Naja
© Mucchielli/Naja
© Mucchielli/Naja
© Mucchielli/Naja
Arts visuels Street-Art Publié le 20/04/2017
Sous les deux ponts portant la voie de chemin de fer qui vient de la gare Bruxelles Midi, les street-artistes ont pris possession des murs, marquant la frontière entre le quartier populaire et les réhabilitations en cours.

Pas loin de la gare de Bruxelles Midi, là où s’échouent les Thalys venant de Paris. En remontant (du sud au nord donc) vers le centre-ville. A pied, bien sûr. La rue s’appelle Terre-Neuve, Niewland en flamand. Le quartier n’a pas encore été complètement réhabilité, mais, plus on s’éloigne de la gare, plus les linges aux fenêtres et les antennes paraboliques se font rares. Des échafaudages promettent une plus belle façade, des ouvriers vont et viennent pour évacuer les gravas d’un habitat immigré en recul. Sous le pont du chemin de fer (il faut bien que la voie ferrée puisse s’échapper), les street-artistes s’en sont donné à cœur joie.

Les styles, les influences, les sujets se mêlent dans une ville ouverte qui, pour être la capitale officieuse de l’Europe, ne manque pas de voix pour réclamer des frontières, des nationalismes oubliés, des richesses à partager de plus en plus modérément. "Une régression" disent les analystes, les artistes des rues semblent eux prôner l'affrontement. Visuel, car c'est plus bien frappant qu'un inutile coup de poing. Parfois, quelques graffs moins travaillés, plus rageurs, viennent couvrir l'œuvre sans toutefois la recouvrir.

Partager sur
Fermer