espace abonné Mot de passe oublié ?
Mot de passe oublié ?

INSCRIVEZ-VOUS à la newsletter POUR ÊTRE INFORMé CHAQUE SEMAINE

ACCUEIL > Oeuvre > « Elle voulait mourir et aller à Paris », un succulent aller retour France Grèce

« Elle voulait mourir et aller à Paris », un succulent aller retour France Grèce

par Véronique Giraud
Elle voulait mourir et aller à Paris – Théâtre Sartrouville Yvelines CDN
Elle voulait mourir et aller à Paris – Théâtre Sartrouville Yvelines CDN
Arts vivants Théâtre Publié le 11/01/2018
À moitié grec, à moitié français, le musicien compositeur et metteur en scène Joachim Latarjet a fait de son histoire familiale une pièce aussi touchante que drôle. Mêlant son récit, sa musique à la danse, la pièce "Elle voulait mourir et aller à Paris" revient, comme un rêve éveillé, sur le questionnement que chacun porte sur ses origines et sa culture. Et sur les choix qui en découlent. Une très belle leçon d'histoire.

L’histoire d’une famille n’est jamais simple. On en prend souvent conscience en reconstituant la lignée et en interrogeant les aînés. C’est ce qu’a entrepris Joachim Latarget, dont la mère grecque a décidé de quitter son pays dans les années 60 pour aller vivre à Paris. Le récit et la musique que cette histoire lui a inspirés structurent la pièce Elle voulait mourir et aller à Paris, au programme des Plateaux sauvages, mais présentée au Carreau du Temple.

Joachim Latarget, narrateur et musicien, se positionne sur le côté de la scène sur laquelle sa mère, tour à tour adolescente et adulte, son grand-père, sa grand-mère et son oncle évoluent, en jouant et en dansant des tranches de vie peuplées de souvenirs. Souvent très drôles, ces moments reconstruisent l’atmosphère familiale, dominée par l’interventionnisme du frère et du père, le machisme du frère, les rêves d’ailleurs de l’adolescente. Peu à peu, les raisons qui poussent celle qui sera sa mère à partir à Paris s’imposent, viennent les circonstances de ce départ rendu possible, puis l’apprentissage d’une jeune Grecque à Paris dans les années 60. Cette dernière phase du parcours fait du même coup réapparaître la genèse du film iconique de Michael Cacoyannis Zorba le Grec pour suggérer avec humour et dérision la relation France/Grèce de l’époque.

L’histoire de cette famille, issue de Bursa, alors en Asie Mineure, nous fait en quelques moments voyager dans le monde entier, pour des motifs historiques, d’autres très personnels. Chassée par les Turcs, la famille se disperse. Certains membres ont été tués, d’autres sont partis vivre dans la Grèce actuelle, emportant avec eux un grand mépris envers les Turcs. D’autres encore sont partis loin, dans un autre pays d’Europe ou aux Etats-Unis. Les grands-parents de Joachim Latarjet eux se sont établis dans une petite ville de Grèce et, au fil de la pièce, on entre dans l’intime de la famille, avec ses principes, ses aversions, la fierté de sa culture originelle, son machisme. L’idée de transmission se heurte de plein fouet avec l’entêtement de l’adolescente à partir loin, loin de cette petite ville "où les hommes sont laids et les femmes grosses aux doigts boudinés". Le refus de transmission se poursuit avec sa volonté, devenue mère, de ne pas apprendre sa langue natale au fils et petit-fils né en France.

 

Au programme hors les murs des Plateaux sauvages. La pièce Elle voulait mourir et aller à Paris est au programme des Plateaux sauvages, mais présentée du 8 au 12 janvier au Carreau du Temple en raison de travaux qui vont permettre la réunion de l’ancien 20e Théâtre, rue des Platrières, dans le XXe, et le centre d’animation des Amandiers. Dirigé par Laetitia Guédon, l’établissement culturel de la Ville de Paris est en train de vivre une refonte complète, autant dans la restructuration de ses espaces que dans son projet artistique. En introduisant la création du collectif Oh ! Oui… de Joachim Latarjet et Alexandra Fleischer, Jean-Baptiste Moreno, directeur adjoint des Plateaux Sauvages, annonçait qu’en cette soirée du 10 janvier était mis en place pour la première fois la tarification responsable. Cette tarification, a précisé le directeur adjoint, consiste pour le spectateur de choisir de payer le prix de la place entre cinq et trente euros, en fonction de ses revenus et de son appréciation personnelle. Une façon de permettre aux personnes qui ont peu de ressources de ne pas se priver de théâtre et aux autres de soutenir ce geste de l’établissement par un effort supplémentaire.

 

Elle voulait mourir et aller à Paris, pièce de Joachim Latarjet / Cie Oh! Oui…, à partir des textes de Joachim Latarjet et d'Alban Lefranc / Musique et mise en scène : Joachim Latarjet / Collaboration artistique : Alexandra Fleischer. Avec : Alexandra Fleischer, Daphne Koutsafti, Joachim Latarjet, Emmanuel Matte et Alexandre Théry. Du 8 au 12 janvier au Carreau du Temple (3e) / Les 23 et 24 janvier, Théâtre de Satrouville - CDN / Du 23 au 25 mars, Les Subsistances - Lyon / Les 3 et 4 mai, L'Onde - Velizy / Du 14 au17 mai, Les Plateaux Sauvages - Paris.

Partager sur
Fermer