espace abonné Mot de passe oublié ?
Mot de passe oublié ?
ACCUEIL > Entretien > Françoise Fernandes : Le MOOC comme support de médiation culturelle

Françoise Fernandes : Le MOOC comme support de médiation culturelle

par Véronique Giraud
Françoise Fernandes, Responsable mécénat culturel à la Fondation Orange. DR
Françoise Fernandes, Responsable mécénat culturel à la Fondation Orange. DR
Hors-Champs Croisement Publié le 21/05/2018
Françoise Fernandes, responsable du mécénat culturel de la Fondation Orange, a en charge la mise en place récente des MOOC de la fondation, développés pour et avec plusieurs institutions culturelles muséales et dont l'accès est ouvert gratuitement à tous. Elle revient sur l'expérience pionnière d'un des premiers MOOC culturels en français.

L’activité mécénat du groupe Orange se manifeste depuis 1987 à travers les actions éducation, santé et culture de sa fondation. Si la musique vocale est le secteur culturel privilégié de la Fondation Orange, son action la plus récente est la mise en œuvre de MOOC (deux à trois par an), en partenariat avec des institutions culturelles, qui permettent d’accéder gratuitement à des formations autour de la culture, depuis chez soi et à son rythme. Depuis 2014, six MOOC ont été ouverts, auxquels se sont inscrits plus de 100 000 personnes.

 

Comment définissez-vous votre savoir-faire ?
Comme un accompagnement dans l’usage du numérique adapté au domaine de la culture. Nous travaillons avec des ingénieurs pédagogiques, experts dans la façon de s’adresser à des apprenants. À cette audience, on doit donner envie d’aller voir les expositions, d’entrer dans les musées. Nous voulons montrer que le numérique est aussi un vecteur de diffusion de la culture, permettant à des publics éloignés ou empêchés d’y accéder.

Il ne s’agit pas d’un mécénat financier mais d’un mécénat de compétence, ou technologique par le biais de la direction de projets. Ensemble, les deux équipes, de la fondation et de l'institution culturelle,  vont réfléchir et travailler à mettre en place un projet. Nous Nous avons choisi de développer les MOOC, nous en sommes à la fois les coordinateurs et les co-constructeurs. Les partenaires sont actuellement le Château de Versailles, la RMN, le Centre Pompidou. Notre action n’est pas de soutenir l’institution, nous soutenons un projet avec cette institution que nous développons ensemble.

 

Les MOOC sont gratuits ?
Tout ce que la Fondation Orange propose est totalement gratuit. Il ne s’agit surtout pas de faire du business, c’est du mécénat. Nous finançons la totalité du projet, le coût de réalisation des vidéos, l'ingénierie pédagogique, la plateforme Solerni elle-même, etc. Nous travaillons très étroitement avec les équipes de l’institution partenaire, qui ont l’expertise du sujet et nous fournissent les contenus, écrits et visuels. Ensuite, nous relisons les textes afin de les valider ensemble, selon l’exigence formelle du web et dans les délais du projet.

 

Avec votre dernier MOOC, conçu avec l'école du Centre Pompidou, vous abordez l’art contemporain, l’art conceptuel, des sujets très pointus. Quels retours avez-vous ?
Les premières séquences du MOOC ont été mises en ligne en octobre 2017, non animées, et nous avons rouvert en janvier avec cette fois des séquences vidéo. Comme nous l’avons expliqué au Centre Pompidou, nous avons tenté d’ouvrir le MOOC au public le plus large. Nous trouvions en effet que les contenus étaient un peu pointus. Nous avons été très étonnés de voir qu’un public non initié était ravi de pouvoir appréhender cet art. Un art qui, pour certains, les rebutait totalement. La curiosité de comprendre guide souvent le public. C’est le cas avec Picasso. Des personnes ont dit : moi j’ai suivi le MOOC parce que je n’aime pas Picasso. Se disant : je vais voir si ça va me faire changer d’avis, me donner une autre facette du personnage. Certains nous ont dit : je n’aime toujours pas Picasso, mais je comprends beaucoup mieux son œuvre maintenant. Pour nous, le pari est réussi.

 

Ce qui est intéressant avec le MOOC Pompidou ce sont les croisements entre œuvres et archives de l’époque à laquelle elles sont vu le jour
C’est aussi ce que nous avons essayé avec le MOOC histoire de l’art, qui a aussi une partie historique, littéraire, un contexte élargi pour comprendre la création de l’œuvre d’art à ce moment de l’histoire.

 

Ça rompt un peu avec l’académisme de l’enseignement…
Nous sommes effectivement plus larges sur les contenus, on ne se base pas uniquement sur un sujet. Dans cet esprit on propose aussi des activités, même si elles ne sont pas suivies par la grande majorité. Ces activités proposent d’apprendre en faisant. Cela va de recherches sur le web en demandant d’essayer, par exemple, de trouver une œuvre peinte en bleu et de la poster sur le forum afin de partager avec la communauté. De cette façon, ça oblige les apprenants à voir ce qui se passe sur la même période ou d’autres périodes. On peut aussi leur demander de reconnaître un certain nombre de tableaux, et de donner un avis. Ou de faire, en leur demandant de peindre ou de dessiner des objets du quotidien à la manière de Picasso, puis de photographier leur œuvre, de la poster et la partager avec la communauté.

 

Comment fonctionne le forum du MOOC ?
Le forum est uniquement accessible aux personnes inscrites au MOOC ouvert. Il n’existe plus pour les MOOC que nous avons rouverts : L’impressionnisme, Picasso, Louis XIV à Versailles, Les origines de l’homme, et Une brève histoire de l’art. Ces MOOC que nous avions fermés, nous avons décidé de les ouvrir en permanence, intégralement avec les quizz, mais sans les activités qui leur sont liées ni les forums. Ces derniers nécessitent la permanence d’animateurs et d’experts qui répondent aux questions, encouragent…

 

Quels seront les prochains MOOC ?
Deux autres sont en cours de réalisation pour l'école du Centre Pompidou. Et nous allons lancer en novembre prochain un nouveau MOOC, conçu avec la RMN, sur Une brève histoire de la photographie. Cela fera neuf MOOC. Nous allons maintenant décider si nous créons de nouveaux MOOC ou si nous réadaptons ces contenus. Nous nous posons ces questions. Nous faisons d'ailleurs des MOOC qui sont de plus en plus courts. On réfléchit à différents formats, différents partages en mobilité… Nous réfléchissons en interne, à partir de toutes les études et les données que nous avons recueillies des apprenants, et que nous analysons. Nous réfléchissons également par rapport au marché actuel à l'éventualité de différents formats, à la façon de toucher une cible plus jeune.

 

Après une maîtrise en histoire de l'art, Françoise Fernandes a travaillé dans l'édition avant d'intégrer le pôle culture du groupe Orange. Elle met en place depuis six ans les MOOC culturels et anime le volet littéraire de la fondation à travers la création en 2009 du Prix Orange du livre, présidé par Éric Orsenna, et du site lecteurs.com

 

Partager sur
à lire aussi

MOOC POMPIDOU : UNE ENTRÉE DANS L'ART GRATUITE ET LUDIQUE
Fermer