espace abonné Mot de passe oublié ?
Mot de passe oublié ?

INSCRIVEZ-VOUS à la newsletter POUR ÊTRE INFORMé CHAQUE SEMAINE

ACCUEIL > Portrait > La poésie algorithmique de Frédéric Durieu

La poésie algorithmique de Frédéric Durieu

par Véronique Giraud
Frédéric Durieu, Marylin. DR
Frédéric Durieu, Marylin. DR
Projection interactive sur la façade du musée Fabre -Montpellier décembre 2017. DR
Projection interactive sur la façade du musée Fabre -Montpellier décembre 2017. DR
Projection interactive sur la façade du musée Fabre -Montpellier décembre 2017. DR
Projection interactive sur la façade du musée Fabre -Montpellier décembre 2017. DR
Projection interactive sur la façade du musée Fabre -Montpellier décembre 2017. DR
Projection interactive sur la façade du musée Fabre -Montpellier décembre 2017. DR
Frédéric Durieu, Évanescence. D
Frédéric Durieu, Évanescence. D
Frédéric Durie, Frida. DR
Frédéric Durie, Frida. DR
Frédéric Durieu,Planète de plume. DR
Frédéric Durieu,Planète de plume. DR
Arts visuels Numérique Publié le 07/12/2017
Frédéric Durieu et Nathalie Erin ont fait une entrée très remarquée à Montpellier avec leurs projections interactives et génératives de tableaux qui, intégrées au vidéo mapping, ont coloré la façade du musée Fabre, à l'occasion de l'événement Cœur de Ville en lumière. Un événement qui nous a donné envoie d'en savoir plus sur un singulier duo de créateurs.

« À Polytechnique, j’ai été formé à une grande rigueur. La moindre erreur pouvait porter à conséquence. Dans l’art, quand 1+1=3, ce n’est pas grave. C’est même mieux. C’est le 3 qui n’est pas normal, et c’est à partir de là que tout commence. » Curieuse conversation avec Frédéric Durieu qui, depuis trente ans, fait dériver son expertise de la ligne de code vers l'art. L'artiste numérique a été choisi par la ville de Montpellier pour créer une animation numérique sur la façade du musée Fabre. Une première pour le musée, une première aussi pour son auteur qui, s’il a été exposé à la Biennale de Venise et au Palais de Tokyo, n’avait jamais investi une telle surface. Mais, en le rencontrant, on sent vite que tout est possible pour cet amoureux du pixel, qui n’a pas hésité à mettre au point un logiciel unique, composé de milliers de lignes de code. Il a grandi à Bruxelles, vécu à Paris et a fini par s’installer avec sa compagne, la chanteuse Nathalie Erin, dans un château des Cévennes. Pour former un duo inédit de créateurs.

Une remontée dans le temps permet de mieux comprendre le cheminement de Frédéric Durieu. « J’ai toujours construit mes jouets. À l’âge de sept ans, je réalisais des tas de cerfs-volants. Je voulais animer le ciel. J’en ai fait jusqu’à l’âge de 23 ans. À 17 ans, j’ai découvert les pixels avec mon premier Macintosh. J’ai tout de suite cherché à créer des formes". Prenant le chemin des arts numériques, il réalise à partir de 1995 de nombreux CD-ROM, dont certains sont primés à Cannes par des millas d'or. L'un d'entre eux, Alphabet, obtient une quinzaine de prix internationaux. Avec la casquette de designer d'inter-activité et de poète algorithmique, il crée une des premières galeries interactives sur Internet : le Ciel est bleu.com.  Puis, en 2000, il réalise que les nouveaux systèmes numériques ne permettront  bientôt plus de regarder ses CD-ROM.

« Quand j’ai réalisé qu’un jour plus personne ne verra mes créations, j’ai eu envie de faire des tableaux, inspirés des images que j'aime. Mais comment faire pour passer du numérique interactif au tableau ? Et concevoir ce que personne n'avait jamais fait. J’ai alors pensé aux poils du pinceau du peintre, puis j’ai regardé les poils de ma main et j'ai commencé à en numériser un". En 2016, Frédéric et Nathalie créent le logiciel Infinitive qui ouvre de multiples horizons dans l’art pictural et l’animation interactive. Ensemble, ils composent des tableaux. Guidé par l'intuition de Nathalie, qui capte le moment où le processus algorithmique se prête à l'interprétation artistique. Ensemble, ils conçoivent un tableau qui sera fixé sur un support en alu. "Ce matériau convient bien aux poils, les rend brillants. Et ne dit-on pas d’un animal qui a le poil qui brille qu’il est en bonne santé ? » explique malicieusement Frédéric. Désormais, ses poésies algorithmiques, figuratives ou plus abstraites, composées de poils, puis de fleurs, de plumes et de papillons, sont figées dans le temps. Mais ces tableaux ne sont qu'une partie de l'infini processus interactif qui se déguste assis ou debout, projeté sur écran et activé par le son… Pour en savoir plus, il faut se rendre sur le site fredericdurieu.com.

Partager sur
Fermer