espace abonné Je m'abonne Connexion

INSCRIVEZ-VOUS à la newsletter POUR ÊTRE INFORMé CHAQUE SEMAINE

ACCUEIL > Portrait > Le Palais des Beaux-Arts de Lille fait son Open Museum

Le Palais des Beaux-Arts de Lille fait son Open Museum

par Véronique Giraud
Le groupe de musiciens Air inaugura la formule Open Museum du Palais des Beaux-Arts de Lille en 2014. DR
Le groupe de musiciens Air inaugura la formule Open Museum du Palais des Beaux-Arts de Lille en 2014. DR
Arts visuels Arts plastiques Publié le 30/03/2017
Comment créer une surprise telle qu'elle pousse à franchir pour la première fois la porte d'un musée ? C'est l'effet produit par l'Open Museum du Palais des Beaux-Arts de Lille, dont le prochain invité est un… grand chef étoilé. Mais que peut bien faire un cuisinier au milieu de chef-d'œuvres des siècles passés ?

La préoccupation du Palais des Beaux-Arts de Lille est d’ouvrir ses collections à tous les publics. Mais comment inciter les personnes intimidées à l’idée d’entrer dans un musée, ou convaincues que ce n’est pas un endroit pour elles, qu’elles ne comprendront pas ? Pour aller à l’encontre des préjugés, il faut commencer par soi-même et c'est ce qu’a entrepris Bruno Girveau, qui dirige le lieu, en initiant Open Museum. Cette formule est née de l'idée de surprendre le public en invitant au Palais des Beaux-Arts des personnalités riches mais dont l’univers très éloigné du musée. Le groupe Air a inauguré la formule en 2014 et les moins de trente ans, qui connaissaient les performances acoustiques des musiciens français, ont poussé la porte de l'institution, se demandant ce que leurs synthés électro/pop pouvaient produire dans un musée. Les musiques composées par Air pour les espaces du musée produisaient l'effet d'une création sur‐mesure, incitant à porter un regard neuf sur les chefs d’oeuvre. Le succès fut au rendez-vous avec plus de 80% de visiteurs pour la même période, dont 35% avaient de moins de 25 ans. Puis ce fut au tour du collectif allemand InterDuck qui ont réinterprété quatre œuvres du musée et glissé leurs œuvres contemporaines parmi les chefs d’œuvres des siècles passés, que les visiteurs étaient invités à trouver. Cette deuxième édition a fait découvrir l’institution lilloise à 71 % des visiteurs. L’an dernier, le dessinateur Zep y racontait l’histoire de l’art à sa manière d’éternel enfant, 32% étaient des jeunes de moins de 26 ans, dont 29 000 scolaires, et en 2017, on y verra un grand cuisinier. Alain Passard, le chef trois fois étoilé du restaurant L’arpège, a relevé le défi et a invité des artistes contemporains qu’il aime. Ne vous attendez tout de même pas qu’Alain Passard installe ses fourneaux dans le musée, mais son goût pour les bons produits, son art de la composition colorée, son talent unique pour la découpe du homard, sont autant d’ingrédients qui devraient faire événement. La cuisine ne sera pas bien sûr hissée au rang des Beaux-arts mais la gastronomie, née pour flatter les narines et régaler les papilles, s’apprécie d’abord avec les yeux.

Partager sur
à lire aussi

Alain Passard, bientôt au Palais des Beaux-Arts de Lille
Fermer