espace abonné Mot de passe oublié ?
Mot de passe oublié ?
ACCUEIL > Événement > Les mondes du théâtre ont rendez-vous au Printemps des Comédiens

Les mondes du théâtre ont rendez-vous au Printemps des Comédiens

par Véronique Giraud
La 32e édition du Festival Printemps des Comédiens à Montpellier a lieu du 1er au 30 juin 2018. DR
La 32e édition du Festival Printemps des Comédiens à Montpellier a lieu du 1er au 30 juin 2018. DR
Arts vivants Théâtre Publié le 02/06/2018
Dans le majestueux Domaine d’O, théâtres, jardins, amphithéâtre à ciel ouvert s’apprêtent à accueillir les troupes et le public. 50 000 spectateurs sont attendus pour assister aux 45 spectacles de cette 72e édition. Toutes les formes scéniques y sont représentées : théâtre classique et écriture contemporaine, cirque, musique, théâtres du monde… Et, sous la pinède, les rencontres avec les artistes sont des moments privilégiés.

Théâtre, cirque, poésie des textes et des corps sont les promesses du Printemps des Comédiens. L’événement tient autant de la magie d’un lieu, un majestueux parc tenu à l’écart de l’agitation urbaine, que d’une programmation amoureusement concoctée par Jean Varela, qui dirige le festival depuis 2011. Sous la pinède, le public peut se restaurer à l'une des tables en bois, se rafraichir au bar, acheter un livre dans la librairie éphémère, ou bien se reposer dans un transat en attendant un spectacle, une rencontre avec les artistes ou une lecture sous les micocouliers. Le programme enchaine les textes anciens revisités par les plus grands metteurs en scène, les créations les plus contemporaines, les productions de l’ENSAD (École Nationale Supérieure d’art dramatique) de Montpellier, et l’Autre Théâtre, celui incarné par des gens différents, ou handicapés. Le cirque a lui son chapiteau et, cette année, le festival étend sa toile jusqu’à l’opéra Comédie, dans le centre historique de Montpellier, et dans une salle de l’ENSAD.

 

Le théâtre nous parle du monde. La question, récurrente, qui traverse l’édition 2018, est celle de la place de l’homme dans l’humanité, et dans l’histoire. « On s’aperçoit que, par une heureuse coïncidence, les metteurs en scène, maitres ou jeunes en devenir, ont choisi des œuvres majeures, des auteurs fondateurs qui ont révolutionné l’écriture du théâtre. Livings, Lorca, Dumas, Marivaux, Shakespeare… », constate Jean Varela.
L’édition 2018 s’ouvre, comme un symbole, avec Le Procès de Kafka, dans la mise en scène prometteuse de Krystian Lupa, et s’achève avec On s’en va de Hanokh Levin, mis en scène par Krzysztof Warlikowski. Le Printemps fait honneur à ces deux maitres du théâtre polonais, en signe de solidarité avec les artistes en Pologne qui, comme le rappelle Jean Varela, travaillent en grande difficulté dans un régime autoritaire. Ces deux spectacles figurent parmi ceux qui font leur première en France, à l’instar de Macbettu, une version de la pièce de Shakespeare jouée en sarde et interprétée par des hommes, dans la tradition du théâtre élisabéthain.

 

Comédiens, conteurs et nouveau cirque. La nouvelle génération du théâtre européen fera halte au Printemps avec la palermitaine Emma Dante, le castillan Oriol Broggi, le lisboète Tiago Rodrigues. Cyril Teste, qui s'est révélé devant le public montpelliérain avec la performance filmique Nobody de son collectif MxM, revient avec sa dernière création, Festen, adaptation pour la scène du terrible film éponyme de Thomas Winterberg. Par de là le texte, et avec la grâce de ses danseurs-acrobates, Yoann Bourgeois envahira les allées du parc d’une version inédite de La fugue musicale.

Pour voir jouer et entendre conter hier et aujourd’hui, il ne faudra pas manquer La Conférence des oiseaux, récit théâtral de Jean-Claude Carrière inspiré par un poème du persan Farid Uddin Attar, ni Philippe Caubère, que Varela définit « l’homme-théâtre ». Lui qui a reçu le Grand prix de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre présentera son dernier spectacle Le Bac 68 et avec Adieu, Ferdinand relèvera une fois encore le défi de jouer lui-même tous les rôles. La jeune Laetitia Dosch est au programme avec Hate, un objet hors norme qu’elle exécute en duo avec un cheval, tandis que Jean-Claude Carrière fera découvrir au public l’aspect comique, méconnu, de l’œuvre de Chateaubriand.

 

Revisiter les textes. Le Macbeth de Shakespeare, qui a révolutionné le théâtre élisabéthain, réapparaîtra à deux reprises : avec l’une des productions menées par Gildas Milin avec les élèves de l’ENSAD de Montpellier, avec Alessandro Serra qui a eu l’audace de transporter Macbeth sur une île sarde (audace saluée par le prix Ubu de la critique italienne). Avec Le triomphe de l’amour, la langue de Marivaux éblouira une nouvelle fois de son redoutable double sens, servie par la mise en scène de l'amoureux des mots Denis Podalydès. Même Alexandre Dumas est convoqué pour Les trois mousquetaires. L'œuvre est proposée cette fois dans son format originel, celui du feuilleton, par de très jeunes metteurs en scène et interprétée par de jeunes comédiens qui investiront le parc du Domaine d’O. Dans une langue plus proche de nous, les inventions de Garcia Llorca ou William Faulkner offriront un nouvel écho.
Le Printemps des Comédiens étanchera une nouvelle fois notre soif de culture et de rassemblement, comme l’exprime Jean Varela : « La culture et la création c’est ce qui nous unit, ce qui fait que nous avançons sur un bien commun. »

 

Festival Printemps des Comédiens, à Montpellier du 1er au 30 juin 2018. Réservations en ligne : printempsdescomediens.com/billetterie ou par téléphone au 04.67.63.66.67.

Partager sur
à lire aussi

"LA SCORTECATA" D'EMMA DANTE, CONTE DES MILLE ET UNE NAPLES
Fermer