espace abonné Mot de passe oublié ?
Mot de passe oublié ?

INSCRIVEZ-VOUS à la newsletter POUR ÊTRE INFORMé CHAQUE SEMAINE

ACCUEIL > Oeuvre > « Les moqueurs » : François Malingrëy affirme son jeu

« Les moqueurs » : François Malingrëy affirme son jeu

par Véronique Giraud
François Malingrëy, Les géants de bois. Huile sur toile deux formats 200 × 175 cm. DR
François Malingrëy, Les géants de bois. Huile sur toile deux formats 200 × 175 cm. DR
Vue de l'exposition à la galerie HERVÉ Lancelin. À gauche : Les moqueurs, les creuseurs et la bâtisse. DR
Vue de l'exposition à la galerie HERVÉ Lancelin. À gauche : Les moqueurs, les creuseurs et la bâtisse. DR
François Malingrëy, Dans l’Atelier. Huile sur toile 170 × 235 cm. DR
François Malingrëy, Dans l’Atelier. Huile sur toile 170 × 235 cm. DR
Arts visuels Arts plastiques Publié le 13/04/2018
L'ironie, l'humour, le dédoublement sillonnent les toiles naturalistes et les dessins de François Malingrëy. L'artiste, rencontré en 2015, affirme un traitement figuratif emprunt de tradition, dont les narrations énigmatiques engendrent un trouble séduisant. Ses œuvres font l'objet d'une exposition dans la galerie Hervé Lancelin à Luxembourg.

François Malingrey aime jouer avec les images, tout comme il se joue des codes du réalisme en peinture. Ses compositions peintes, par ses procédés et sa maîtrise, sont une allusion affichée à l'histoire de l'art. Fervent adepte du portrait et de l’autoportrait, le jeune artiste décline ses sujets, les mêlant à différentes narrations, les faisant sortir de ses tableaux pour les suclpter dans une autre posture ou isoler leur visage, ou les dédoublant dans une même composition… De sa palette naturaliste, il compose des scènes énigmatiques, composées de corps anonymes dénudés, arborant la coloration du soleil sur la peau. Les groupes parcourent ses toiles, occupés à des tâches mystérieuses. François Malingrey se délecte d’œuvres collages, où il s’invite en autoportrait, parfois de dos en train de peindre. Se jouant aussi des échelles, il fait intervenir dans et hors la toile des géants dont les bustes jaillissent du sol. L’acte de peindre, la peinture dans la peinture, la place de la peinture dans l’espace et la société, s’imposent ici tel un manifeste.

Corps imparfaits, postures nonchalantes, changement d'échelles, paysages emprunts aux classiques, couleurs sorties de la palette d'un Courbet, créent d'étonnantes conversations. D'un tableau à un autre, les éléments de son vocabulaire forment autant de va et vient. L'œil se perd en conjectures. Mais n'est-ce pas là le propre de l'artiste de semer le trouble visuel  ? L'exposition que la galerie lui consacre en ce printemps confirme un processus créatif qu'il affirmait lors de notre rencontre en 2015 au Salon de Montrouge à Paris.

 

Les moqueurs, exposition François Malingrëy jusqu'au 21 avril 2018 - Galerie Hervé Lancelin 7 rue Michel Rodange Luxembourg

Partager sur
à lire aussi

FRANÇOIS MALINGRËY AU SALON DE MONTROUGE 2015
Fermer