espace abonné Mot de passe oublié ?
Mot de passe oublié ?

INSCRIVEZ-VOUS à la newsletter POUR ÊTRE INFORMé CHAQUE SEMAINE

ACCUEIL > Oeuvre > Lisa Reihana donne vie à un papier peint panoramique du XIXe

Lisa Reihana donne vie à un papier peint panoramique du XIXe

par Véronique Giraud
Le papier peint animé de Lisa Rechanta. DR
Le papier peint animé de Lisa Rechanta. DR
Arts visuels Numérique Publié le 01/12/2017
En réinterprétant cinématographiquement l'intégralité d'un papier peint panoramique français du XIXe siècle, l'artiste néo-zélandaise Lisa Rechanta a donné vie aux personnages dessinés venant de Nouvelle-Zélande, du Pacifique et d’Europe. Réinterrogeant du même coup les stéréotypes historiques et contemporains. L'œuvre, In Pursuit of Venus [infected], est présentée à la Biennale de Venise du 17 mai au 26 novembre 2017.

Au début du XIXème siècle, les papiers peints panoramiques pénètrent l'univers de la peinture décorative  en proposant des décors crées industriellement, dans le style des trompe l'oeil, alors très en vogue chez les peintres de l'époque. Animant des paysages lointains, exotiques ou romantiques, les murs des salons et des bibliothèques des hôtels particuliers de la grande bourgeoisie. Très documentés tout en laissant cours à l'imaginaire, ces paysages sont conçus avec une grande exigence artistique, créant  l’illusion de la perspective. Leurs thèmes récurrents sont ceux d'une époque qui découvre la mondialisation et les civilisations lointaines. Ces œuvres, enfermées dans l'histoire, passionnent encore quelques rares amateurs ou collectionneurs. Il en est un pourtant qu'une artiste néo-zélandaise, Lisa Reihana, vient de sortir de sa condition première pour lui inventer un avenir prometteur.

Ce panoramique, dessiné par l'artiste français Jean-Gabriel Charvet, est intitulé Les Sauvages de la mer du Pacifique ou Les Voyages du capitaine Cook. Il a été édité entre 1804 et 1805 par la manufacture Joseph Dufour et Cie, installée à Mâcon. Long de 10 mètres et haut de 2 mètres, le papier peint représente des scènes de la vie indigène à Tamma, l’une des îles Hybrides de Nouvelle Zélande. S'il en subsiste quelques exemplaires à travers le monde, ils appartiennent tous à des collections privées. Lisa Reihana a choisi celui dont les scènes évoquent une vision passée de son pays pour le remettre dans la sphère publique et lui redonner vie. Et ce n’est pas qu’une formule puisque sa démarche a été d'animer tous les personnages figurant sur l’œuvre.

Le processus artistique de Lisa Reihana repose sur un lien puissant avec la communauté. Il a façonné une méthode de travail collaboratif qualifiée de « kanohi ki te kanohi » (ou « face à face »). Le sujet traité par Jean-Gabriel Charvet ne pouvait qu'encourager sa pratique. L'œuvre qui en résulte, In Pursuit of Venus [infected], est une réinterprétation cinématographique de l'intégralité du panoramique français. Lisa Reihana emploie les technologies numériques du XXIe siècle pour donner vie aux scènes présentées sur ce papier peint créé deux siècles auparavant. Animé par les images et les sons de la performance, des cérémonies culturelles et des rencontres, cet immense panorama vidéo est peuplé de dessins de personnages venant de Nouvelle-Zélande, du Pacifique et d’Europe. L’œuvre réinterroge les stéréotypes historiques et contemporains en nous renvoyant le regard de l’impérialisme à travers une approche spéculative.

L’œuvre In Pursuit of Venus [infected] est présentée au sein du pavillon de la Nouvelle-Zélande, installé pour la première fois dans l’espace d’exposition de la Biennale de Venise. C'est au Tesa dell’Isolotto, le plus ancien bâtiment de l’Arsenal de Venise, du 17 mai au 26 novembre 2017.

Partager sur
Fermer