espace abonné Je m'abonne Connexion

INSCRIVEZ-VOUS à la newsletter POUR ÊTRE INFORMé CHAQUE SEMAINE

ACCUEIL > Portrait > Luis Sartori Do Vale et Olli Vuorinen, les sens de la légèreté

Luis Sartori Do Vale et Olli Vuorinen, les sens de la légèreté

par Julie Delem
Mêlant le théâtre physique, la jonglerie et la danse, Lento mis en scène par la compagnie Nuaa, est une recherche sur le contrôle, la possession et le dialogue. Le spectacle a été sélectionné parmi les lauréats du Circus Next 2012.  ©Cie Nuua
Mêlant le théâtre physique, la jonglerie et la danse, Lento mis en scène par la compagnie Nuaa, est une recherche sur le contrôle, la possession et le dialogue. Le spectacle a été sélectionné parmi les lauréats du Circus Next 2012. ©Cie Nuua
©cienuua
©cienuua
©cienuua
©cienuua
Arts vivants Cirque Publié le 06/05/2015
Dans une forêt de ballons gonflés à l'hélium, deux garçons glissent, dansent et dialoguent entre eux. Luis Sartori Do Vale et Olli Vuorinen forment la compagnie de cirque Nuaa, lauréats du CircusNext 2012-2013. Leur première création Lento est présentée jusqu'au 7 mai au Théâtre de la Cité internationale.

CircusNext. Olli Vuorinen est long, blond et finlandais. Luis Sartori Do Vale est trapu, barbu et brésilien. Les deux circadiens se rencontrent en 2010 dans une salle d’Helsinki. Ils se mettent à jongler ensemble « pendant trois, quatre heures ». A la fin de la journée, « on s'est dit qu'il fallait qu'on fasse quelque chose ensemble », raconte Olli, dont les grands yeux étonnés ne perdent pas une miette des questions qu'on lui pose. Les deux artistes viennent d'essuyer quatre passages devant les applaudissements, dix minutes de petiots en folie devant les ballons lancés gracieusement au public et 50 minutes de représentation au Théâtre de la Cité internationale à Paris. L'un confortablement assis dans son siège en velours, l'autre en équilibre sur le bord du strapontin, ils retracent l'aventure de leur spectacle Lento qui les a mené dans une quarantaine de théâtres européens. « On avait une chose en commun : celle de vouloir travailler, plus que sur la jonglerie pure, sur un côté esthétique et poétique ».  Après « cinq ou six mois » de création, les deux jeunes déposent leur candidature dans le cadre du dispositif européen CircusNext en 2012. Leur performance tape dans l'oeil du jury de l'appel à projets et ils sont sélectionnés parmi les lauréats. Depuis, la compagnie Nuua est formée et le spectacle Lento, enrichi par une résidence d'écriture, fait une tournée européenne : sur scène, soixante ballons gonflés à l'hélium, amarrés à des ficelles. Un éclairage glamour bleuté, entouré par les ténèbres. Deux corps qui jouent, se trainent, expérimentent les sensations produites par le plus universel des objets aériens.

Ficelle. « Le ballon comme objet de jonglerie est venu assez vite », expliquent-ils. L'hélium, plus léger que l'air, change tous les repères gravitationnels des deux artistes. Luis Sartori Do Vale l'expérimente en premier, un après-midi, après avoir observé une petite fille lâcher inlassablement son ballon puis le rattraper par sa ficelle. « On a commencé à travailler sur toute sortes d'objets, mais on les a tous laissé tomber au fur et à mesure, pour se concentrer sur le ballon». En pleine recherche esthétique, les deux garçons regardent des films, comme Le ballon rouge d'Albert Lamorisse, l'animation Là-haut et tout ce qui tombe... sur le clavier de leur ordinateur. « On a même trouvé un site réservé aux adultes, avec des filles toutes nues et des ballons », éclatent-ils de rire. « On s'est inspiré de ça, lorsque l'on caresse un ballon ».

Onirique. Une multitude de saynètes compose le spectacle. Pas de dramaturgie au sens propre mais un enchainement des problématiques très ouvertes comme la fragilité, le lâcher prise, la sensualité, la mort, l'exploration. Les jeunes créateurs refusent pourtant de donner des clés trop précises sur leur narration. « Nous voulons que chacun puisse interpréter ce qu'il veut dans ce qui est montré ». Et cela marche. A la fin de la séance, chacun, entre deux portes, rapporte sa vision : une forêt de petits ballons devient tour à tour une marée de méduses, de spermatozoïdes, ou une métaphore onirique.

« Le cirque a toujours été considéré comme une performance. Avec Lento, nous disons qu'il peut aussi être un médium d’observation ». Pour ce faire, Olli Vuorinen et Luis Sartori Do Vale ont construit leur pièce comme un « making off » de la découverte de leur matière gonflée. Par exemple, « la première fois que nous avons essayé de lâcher plusieurs ballons, on avait le cœur battant, de peur de pas pouvoir le rattraper. On a donc axé notre chorégraphie pour faire partager cette sensation ».

 


 

Bio :

La compagnie Nuua est une compagnie de cirque contemporain et de théâtre visuel basée en Finlande. Elle est le fruit de la collaboration entre le Finlandais Olli Vuorinen et le Brésilien Luis Sartori do Vale, et compte aussi avec Jere Mönkkönen (création lumière), Petteri Rajanti (musicien) et Anne Jämsä (création costumes). Venant de différents horizons artistiques et géographiques, les deux jongleurs créent leur propre technique de jonglage où le corps travaille avec les objets.

 

Olli Vuorinen jongle depuis plus d’une dizaine d’années, il a obtenu son diplôme de l’Académie Fratellini en 2011. C’est dans cette école de cirque qu’il rencontre Guillaume Bertrand, un artiste de cirque avec qui il collabore pour la création de son solo Untangle. Olli travaille actuellement avec la compagnie Les Objets Volants (Liaison Carbone) et la compagnie Nuua. Il est connu pour son approche personnelle et innovante des techniques de jonglage.

 

Luis Sartori Do Vale, après un diplôme en arts plastiques, sort diplômé en 2008 de l’École Supérieure des Arts du Cirque (ESAC) en Belgique, en jonglage et acrobatie. Il développe depuis ses propres projets et travaille avec différents metteurs-en-scène et chorégraphes, comme Rolf Alma, Liisa Risu ou Reynaldo Ramperssad, et plusieurs compagnies comme Archaos, Les 7 Doigts de la Main et Hurjaruuth. Quand il ne travaille pas sur des projets de spectacle vivant, Luis continue de s’intéresser au domaine des arts visuels (illustration et animation).

Partager sur
Fermer