espace abonné Mot de passe oublié ?
Mot de passe oublié ?
ACCUEIL > Oeuvre > « Orfeo et Majnun », quand l’Occident croise l’Orient sur le Cours Mirabeau

« Orfeo et Majnun », quand l’Occident croise l’Orient sur le Cours Mirabeau

par Jacques Mucchielli
L’opéra Orfeo et Majnun, tiré de la rencontre entre Orphie et Eurydice, célèbre le pouvoir de la musique, capable de transcender l’absence, de défier la mort et de charmer aussi bien les dieux que les bêtes sauvages. Conçu par l’artiste Airan Berg, ce projet européen place les participants amateurs au centre du processus créatif, et se décline en un parcours urbain et un opéra, présentés sur le cours Mirabeau respectivement le 24 juin et le 8 juillet 2018. DR
L’opéra Orfeo et Majnun, tiré de la rencontre entre Orphie et Eurydice, célèbre le pouvoir de la musique, capable de transcender l’absence, de défier la mort et de charmer aussi bien les dieux que les bêtes sauvages. Conçu par l’artiste Airan Berg, ce projet européen place les participants amateurs au centre du processus créatif, et se décline en un parcours urbain et un opéra, présentés sur le cours Mirabeau respectivement le 24 juin et le 8 juillet 2018. DR
Arts vivants Opéra Publié le 11/07/2018
Créé le 28 juin dernier au Théâtre de la Monnaie de Bruxelles, "Orfeo & Majnun" a réussi à confronter en public dimanche 8 juillet sur le Cours Mirabeau d'Aix-en-Provence, deux des œuvres les plus célèbres de la littérature occidentale et de la littérature orientale, "Orphée et Eurydice" et "Layla et Majnun". Une création de trois musiciens contemporains dans le cadre du festival d'art lyrique.

C’est un spectacle singulier qui a bouclé l’artère principale d’Aix-en-Provence, le Cours Mirabeau, ce dimanche 8 juillet à 22h00. Création française d’un opéra donné pour la première fois quelques jours auparavant, le 28 juin au Théâtre de la Monnaie de Bruxelles, Orfeo & Majnun est une œuvre qui ambitionne de confronter deux des œuvres les plus célèbres de la littérature occidentale et de la littérature orientale, Orphée et Eurydice et Layla et Majnun. Les deux œuvres, qui ont connu au cours des siècles de multiples versions, parlent d’amour, de désir, de mort et de musique. Dans un livret signé Martina Winkel, qui assure également avec Airan Berg la mise en scène, l’opéra a nécessité la composition de trois musiciens Moneim Adwam né en 1970 pour la partie en langue arabe, Dick van der Harst pour la partie en langue anglaise, et Howard Moody, né en 1964, pour les chœurs.

Cette création qui marque le côté exceptionnel de la 70e édition du festival international d’art lyrique d’Aix-en-Provence, où le directeur Bernard Foccroulle laisse la place à Pierre Audi ancien directeur l’opéra d’Amsterdam, implique également des chœurs de public issus du travail de Passerelles et des immenses réalisations de créatures articulées créées par le plasticien Roger Titley. Le travail de préparation, qui a fait l’objet d’une présentation de certains projets artistiques lors de Drôle de Carnaval, un Amour de Parade ! en avril dans la ville voisine d'Arles, a également fait l’objet d’un Parcours Urbain Participatif le 24 juin dernier à Aix-en-Provence.

Partager sur
Fermer