espace abonné Je m'abonne Connexion

INSCRIVEZ-VOUS à la newsletter POUR ÊTRE INFORMé CHAQUE SEMAINE

ACCUEIL > Événement > Ryan Mendoza déménage Rosa Parks à Berlin

Ryan Mendoza déménage Rosa Parks à Berlin

par Jacques Mucchielli
La maison de Rosa Parks déménagée de Detroit (USA) à Berlin (RFA). DR
La maison de Rosa Parks déménagée de Detroit (USA) à Berlin (RFA). DR
La
La "White House" de Ryan Mendoza exposée à Art Rotterdam en 2016. DR
Arts visuels Installation Publié le 15/05/2017
L’artiste Ryan Mendoza, à qui l’on doit l’installation de la « White House » ne pouvait laisser raser une maison où vécut Rosa Parks, cette petite dame noire qui refusa de laisser sa place dans un bus à un blanc en 1955. Il a trouvé une solution peu pratique mais très originale.

Elle n’habitait pas encore au numéro 2672 South Deacon Street à Detroit lorsqu’elle refusa de se lever et de céder sa place dans le bus à un homme blanc. En 1955, aux Etats-Unis, cela suffit pour faire d’elle une délinquante. Rosa Parks avait 42 ans, frêle petite dame noire fatiguée par une journée de labeur, elle fut jugée et condamnée à 15 dollars d’amende dans l’Etat d’Alabama. Martin Luther King, jeune pasteur encore inconnu, lance alors une campagne de protestation. Le mouvement des droits civiques, qui allait en finir dans la loi avec la ségrégation, avait son icône. Elle l’est encore aujourd’hui.

Deux ans après cette journée du 1er décembre, qui restera historique, la « mère du mouvement des droits  civiques » décida de quitter sa ville de Montgomery et son sud natal où personne ne voulait plus l’embaucher. Elle pensait également fuir les insultes et les menaces de mort qui faisaient de sa vie un enfer, mais aussi les désaccords avec les leaders noirs de Montgomery. Elle partit pour le nord, la ville industrielle de Detroit, capitale mondiale de l’automobile, où elle trouva d’abord une place de couturière avant de rejoindre l’équipe du représentant démocrate du Michigan.  Elle déménagea dans une maison en bois d’un étage, un cube étroit avec un toit à double pente comme les dessinent les enfants. La maison appartenait à son frère et 17 personnes de la famille y vivaient. Rosa Parks déménagea deux ans plus tard pour être locataire.

 

La White House de Ryan Mendoza. La maison eut plusieurs propriétaires, dont les derniers, n’échappant pas à la pauvreté, furent victime de la crise des subprimes en 2008. Laissée à l’abandon, la maison n’intéressa que la nièce de Rosa Parks qui l’acquit pour 500 dollars et tenta, en vain, de la faire classer monument national. Le fameux bus est lui déjà exposé au musée Henry Ford du Michigan.

La maison va alors croiser l’histoire d’un artiste connu pour ses installations, le new-yorkais Ray Mendoza. En 2013, il part à Detroit, ville alors ruinée par la crise de l’industrie automobile. Lui qui vit depuis un quart de siècle en Europe, est impressionné par les maisons abandonnées suite à la crise des subprimes et aux expulsions des propriétaires qui ne peuvent plus payer les crédits. Elles se vendent alors pour quelques centaines de dollars. Ryan Mendoza en achète une, qu’il fait venir en Europe. C’est sa « White House » transportée des Etats-Unis jusqu’à Art Rotterdam où est montrée pour la première fois cette « ruine contemporaine ». Puis à la fondation Verbeke à Kemzeke, en Belgique où elle entre dans le fonds permanent.

Apprenant qu’une des demeures de Rosa Parks allait être rasée, Ryan Mendoza décide, en 2016, de l’acquérir, le temps qu’une fondation veuille bien la prendre en charge. Problème : Ryan Mendoza réside à Berlin. Solution déjà expérimentée : la faire changer d’adresse. Depuis le 8 avril dernier, la maison où vécut Rosa Parks en arrivant à Detroit se trouve au fond du jardin de la résidence de Ryan Mendoza, 19, Wriezener Strasse, dans le quartier de Wedding. A Berlin.

Partager sur
Fermer