espace abonné Je m'abonne Connexion

INSCRIVEZ-VOUS à la newsletter POUR ÊTRE INFORMé CHAQUE SEMAINE

ACCUEIL > Analyse > Un plaidoyer pour l’Europe au Design Museum de Londres

Un plaidoyer pour l’Europe au Design Museum de Londres

par Jacques Moulins
Sous un aspect anodin, le
Sous un aspect anodin, le "Pan-Europa Living-Room" de l'agence OMA/AMO délivre un message très politique en présentant un mobilier et une décoration qui proviennent des 28 pays membres de l’Union Européenne. ©Giraud/NAJA
La vue sur Rotterdam bombardé dans le Living Room de l'agence OMA/AMO au Design Muséum de Londres © Giraud/Naja
La vue sur Rotterdam bombardé dans le Living Room de l'agence OMA/AMO au Design Muséum de Londres © Giraud/Naja
Style de vie Design Publié le 01/03/2017
Londonien et acteur culturel, deux bonnes chances d’être anti-Brexit. L’attachement d’une moitié des Britanniques à l’Europe s’affiche intelligemment au Design Museum de Londres où une installation intitulée « The Pan-European Living Room » réunit les vingt-huit états membres.

Le tout nouveau Design Museum de Londres, sur Kensington High Street, ne craint pas d’afficher ses opinions qui vont à l’encontre de celles de la Prime Minister. « En juin 2016, le Royaume-Uni a voté par référendum pour quitter l’Union Européenne » explique la fiche offerte aux visiteurs. Face au résultat du vote, OMA/AMO, l’agence hollandaise qui a conçu le Design Museum à la demande de Terence Conran, a « repensé ses plans de l’exposition afin de prendre position en faveur de l’Europe ».

Tout commence par la photo géante placée en fond de la pièce comme la vue que l’on aurait à travers une baie vitrée. Elle représente Rotterdam, port hollandais détruit par les bombardements lors de la dernière guerre intra-européenne et ville où OMA/AMO a installé ses bureaux. Ce « rappel au passé désuni de l’Europe » apparaît derrière un store à lamelles hautement symbolique. Il a été inventé dans les années 50, à la même époque que la Communauté européenne, et rappelle un code barre que l’agence hollandaise a dessiné pour l’Europe en 2004 avec les couleurs des drapeaux de tous les pays de l’Union.

 

Une histoire du design européen. La pièce est un living-room semblable à ceux que l’on trouve dans tous les foyers européens, à cette nuance près que chaque pièce d’ameublement a été conçue et fabriquée dans un pays d’Europe. Ces objets profilent une histoire du design commune depuis près de deux siècles à des pays qui ont choisi l’union plutôt que l’affrontement. On peut ainsi voir la fameuse chaise autrichienne dessinée par Michael Thonet en 1859 accompagnée d’une table de l’Irlandaise Eileen Gray (1928) éclairée par la lampe Arco des designers italiens Achille et Pier Giacomo Castiglioni (1962), devant un mur habillé du papier peint Peony Place créé par la Britannique Nina Campbell en 2006 pour la manufacture Osborne & Little.

Tout le génie européen du design et de l’ameublement est synthétisé dans cet harmonieux salon « pan européen », sans qu’aucun des vingt-huit états-membres ne soit oublié. Des meubles populaires comme la bibliothèque Billy du Suédois Ikea, dessiné par Gillis Lundgren en 1979, à la table Tulip de Knoll, pièce de collection dessinée par le Finlandais Eero Saarinen en 1957. Du traditionnel tapis pure laine « Flokati » grec, édité par la manufacture Rama Carpets au fauteuil du polonais Jozef Chierowski datant de 1962. Charlotte Perriand, Marti Guixé, Nina Campbell, Marcel Breuer, Hans Wegner, Louis Kalff, Vincent Van Duysen… Des designers de toute l’Europe pour dire l’Europe.

Partager sur
Fermer