espace abonné Mot de passe oublié ?
Mot de passe oublié ?

INSCRIVEZ-VOUS à la newsletter POUR ÊTRE INFORMé CHAQUE SEMAINE

ACCUEIL > Événement > Zeste de science, la chaîne YouTube du CNRS

Zeste de science, la chaîne YouTube du CNRS

par Véronique Giraud
La chaine Zeste de science a été lancée sur YouTube le 17 novembre 2017. DR
La chaine Zeste de science a été lancée sur YouTube le 17 novembre 2017. DR
"Zeste de science", première chaîne YouTube du CNRS, a été lancée le 17 novembre 2017. DR
Hors-Champs Institution Publié le 23/11/2017
Le CNRS franchit un nouveau pas en créant sa chaîne sur YouTube, le réseau le plus suivi au monde, en particulier par les jeunes. C'est pour ces derniers que la chaîne Zeste de science a été imaginée, espérant les étonner et même les amuser en partageant des infos tout juste sorties des labos des chercheurs. Et créer un lien nouveau entre la science et les "zesteurs".

Avec son exceptionnel pôle images, ses nombreux communiqués de presse, ses organisations d'événements, le CNRS n’a pas à prouver que la médiation scientifique le préoccupe. L’institution de chercheurs ne pouvait donc pas longtemps se tenir éloignée des initiatives Internet de ces dernières années, en particulier les vidéos de YouTube, site de partage le plus populaire au monde. « Le CNRS se devait de maîtriser les codes de ces réseaux, leur ton », explique la directrice de communication Brigitte Perucca. Le succès des réseaux étant lié au remarquable engouement qu'ils suscitent auprès des jeunes,

Or la cible jeune, c'est précisément elle que le CNRS s’apprête à vouloir toucher en créant sur YouTube sa première chaîne, Zeste de science. Lancée le 17 novembre, elle vise à rapprocher les nouvelles générations de la science, à ne plus leur faire peur mais les séduire. « Plus on aculture les jeunes sur le plan scientifique, plus cela a des conséquences sur la culture générale ». Avec Zeste de science, le CNRS ne se donne pas pour autant « une mission pédagogique, ni ne répond à une demande spéciale du gouvernement », précise Brigitte Perucca. " Notre but est d’assembler différents éléments pouvant donner aux plus jeunes le goût de la science ". La démarche passe bien sûr par la valorisation de la multitude des ressources du CNRS (ses films, sa banque d’images, ses communiqués…), mais la nouveauté, c’est de le faire en vidéo. Et avec quelqu’un qui raconte la recherche de façon légère, à partir d’une anecdote. Le ton, le langage, voir la science jouée, incarnée, par des gens de la maison et d’autres, dans des formats courts et amusants, tel est le principe de Zeste de sciences.

 

Génération zesteurs. Le premier des objectifs de la chaîne est son accueil auprès du public. De ce côté, les premiers échos sont plutôt satisfaisants : « Zeste de science a déjà reçu un très bon accueil de la part de Youtubeurs, de blogueurs, de médiateurs scientifiques. YouTube est un site de partage, et nous espérons rallier ce que nous appelons déjà nos zesteurs » se réjouit la directrice de la communication du CNRS. Il y a bien sûr des chaînes qui s’emparent de la science, « mais notre particularité est d’avoir des sujets sortis des labos. Notre base de travail, ce sont les communiqués de presse" ajoute-t-elle. Pour la chaîne, nous retravaillons les sujets avec les scientifiques ».

L’autre objectif, chiffré celui-là, est le nombre d’abonnés sur la chaîne. Dans la perspective de leurs commentaires et de leurs questions, le CNRS est déjà en ordre de bataille. Sa cellule numérique permet d’ores et déjà de partager CNRSlejournal.fr, de communiquer sur les principaux réseaux sociaux, de coordonner des événements. Dernière née, on peut présumer que Zeste de science sera observée de très près par les chercheurs.

 

Pour en savoir plus : Zeste de science

 

 

Partager sur
Fermer